Pourquoi utiliser des urls canoniques

Pourquoi utiliser des urls canoniques

Publié le 10 mars 2018

Si vous avez 2 pages identiques ou hautement similaires dans votre site, alors Google va considérer que c’est du contenu dupliqué (duplicate content). Les URLs canoniques vont vous permettre de signifier aux moteurs de recherche qu’une même page peut avoir plusieurs URLs, sans pénaliser votre positionnement.

Vous allez nous dire : mais dans quels cas avons-nous un contenu accessible depuis plusieurs URLs ? Eh bien, cela peut venir de plusieurs choses :

  • d’un problème de conception du site, par exemple quand votre site avec et sans les www sont distincts,
  • d’une boutique en ligne dont les produits sont accessibles depuis plusieurs catégories
  • de produits présents dans plusieurs sites

Dans cet article, nous vous expliquons ce que sont les URLs canoniques et comment les mettre en place. Si vous voulez en savoir plus sur le contenu dupliqué et comment le détecter, lisez notre article dédié au sujet : Comment éviter le contenu dupliqué.

 

Qu’est ce qu’une URL canonique

L’URL canonique permet donc d’indiquer aux moteurs de recherche une URL préférée, une page officielle, quand plusieurs pages ont du contenu identique avec des URLs différentes. C’est la page avec l’URL canonique qui apparaîtra dans les résultats de recherche. La plupart du temps, c’est assez facile de choisir la meilleure URL. Si ça ne vous paraît pas évident, choisissez en une au hasard : mettre en place une URL canonique sera toujours mieux pour les moteurs de recherche que de ne pas en avoir, quelle qu’elle soit. Google ne vous punira pas trop sévèrement si vous ne le faites pas mais il vaut mieux avoir de bonnes pratiques quand même.

Concrètement, pour indiquer une URL canonique, il faut la déclarer en html dans une balise link. Imaginez que les 2 URLs suivantes correspondent à des pages au contenu similaire :

  • https://monsite.com/seo-plugin/
  • https://monsite.com/plugins/seo/

Comme il faut faire un choix, nous allons choisir l’URL qui est la plus courte en terme d’arborescence, ça sera donc : https://monsite.com/seo-plugin/.

Nous allons donc aller dans la page https://monsite.com/plugins/seo/ et y déclarer l’URL canonique en intégrant ce morceau de html dans la balise head :

<head>
...
<link rel="canonical" href="https://monsite.com/seo-plugin/">
...
</head>

Il est également possible de la déclarer dans votre fichier .htaccess en l’écrivant comme ceci :

Link: <https://monsite.com/seo-plugin/>; rel="canonical"

Même si les URLs écrites en relatif sont bien prises en compte par Google, nous vous conseillons d’écrire l’URL en absolu, c’est à dire avec http:// ou https:// devant.

Un autre conseil, si vous avez le choix entre mettre en place une redirection 301 et une URL canonique, choisissez la redirection si c’est possible. Si ça ne l’est pas, choisissez l’URL canonique.

 

Comment mettre en place une URL canonique

Nous venons de voir que vous pouvez utiliser la balise head de votre site ou le fichier .htaccess. Si cela vous paraît trop technique ou que vous n’avez pas accès au code source de votre site, vous pouvez utiliser un plugin, il en existe plein.

Pour un site WordPress, nous vous recommandons Yoast SEO, c’est le plugin le plus fréquemment utilisé pour rédiger les métadonnées SEO.

Dans chaque page ou chaque article, vous avez votre bloc Yoast comme d’habitude, cliquez sur la roue crantée à gauche et vous allez voir le champ URL canonique :

Yes You Web - URLs canoniques

Dans la page « non officielle », vous allez indiquer l’URL de la page officielle dans ce champ. Cela fonctionne aussi pour un autre nom de domaine. Simple, non ?

 

Les erreurs les plus fréquentes

Afin de vous éviter de les faire, voici une liste non exhaustive des erreurs les plus fréquemment faites lors de la mise en place des URLs canoniques :

  • Placer le lien au mauvais endroit : il doit se trouver dans la balise head de votre site et pas dans le body
  • Mettre les URLs relatives. Il vaut mieux mettre les URLs absolues, avec donc http:// ou https://
  • Placer les URLs canoniques dans les pages avec du contenu différent
  • Spécifier différentes URL canoniques pour la même page.
  • Placer l’URL canonique sur la mauvaise page
  • Les URLs réelle et canonique différent d’un slash à la fin
  • Un mélange d’URLs canoniques et de redirections : A indique B comme canonique, mais B redirige vers A

 

Conclusion

Voilà, nous espérons que cet article vous aura permis de mieux comprendre ce qu’est une URL canonique et à quoi elle sert.
Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager sur les réseaux sociaux.
Si vous avez des questions, posez-les en commentaires ci-dessous. Et n’hésitez pas à partager vos propres retours d’expérience !

Et si vous avez envie d’avoir la version officielle de Matt Cutt, regardez cette vidéo (2009) :

imprimer
Marine LE GUERNIGOU

Marine LE GUERNIGOU

Consultante web freelance, plus de 15 ans d'expérience en webmarketing, mon objectif est de rendre la vie de mes clients plus simple ! Pour chaque problématique étudiée, je partage avec vous le résultat de mon analyse, en espérant que cela vous serve aussi...
Marine LE GUERNIGOU

3 Avis

  1. Morgan 9 mois ll y a

    C’est tout de même étrange. Ce souci de « duplicate content » c’est le problème des moteurs de recherche ! Je ne parle pas du nom de domaine principal mais des pages qui se retrouvent à plusieurs endroits. Rien de surprenant que sur un site web on puisse rentrer par la porte principale mais aussi par la fenêtre, le toît ou la porte de garage. Les rédacteurs honnêtes font leur job correctement à savoir produire du contenu de qualité. Ensuite, d’autres viennent embrouiller les cartes juste pour être top des recherches. C’est à Google et consort à trouver une façon de différencier le bon grain de l’ivraie plutôt que de s’amuser à définir des pages mères. De mon côté, je préfère ne toucher à rien. Que de temps perdu dans toutes ces tracasseries techniques.

    • Auteur
      Marine LE GUERNIGOU 9 mois ll y a

      Bonjour Morgan,

      L’article de la semaine prochaine porte sur les raisons du duplicate content, vous pourrez voir qu’effectivement, la rédaction de contenu / le plagiat n’est qu’une petite partie des possibilités de contenu dupliqué. Malheureusement, Google n’est pas encore apte à différencier les pages au contenu similaires mais si le vol de contenu est sévèrement puni par Google, le contenu dupliqué ne l’est pas trop.
      Je vous l’accorde, on ne peut pas tout prévoir en amont, il faut faire des choix mais être au courant des bonnes pratiques ne nuit pas, même si on ne les applique pas toutes.

  2. Morgan 9 mois ll y a

    Est-ce que le lien « rendre principal » dans les catégories de l’administration WordPresssert sert justement à limiter cet effet ?

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.